dimanche 22 septembre 2019
ACCUEIL / Mon Marketing / Manolli EKRA – Une belle réponse à un besoin local
Manolli

Manolli EKRA – Une belle réponse à un besoin local

Dans un marché dominé par les produits chimiques nous proposons des produits 100% naturels fabriqués localement à partir de matières premières majoritairement locales avec en tête le marché local.

Bonjour Manolli, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Bonjour à vous merci de l’opportunité que vous nous donnez. Je suis la CEO et co-fondatrice de Talowa, une marque locale de cosmétique 100% naturelle qui fait son bonhomme de chemin en afrique de l’Ouest et dans la diaspora. Je suis également Conseillère en Aménagement Urbain et en Développement Communautaire. Pur produit du système public ivoirien j’ai obtenu mon baccalauréat A au Lycée Sainte Marie d’Abidjan puis entrepris en France et au Canada des études pluridisciplinaires en histoire, science politique, Aménagement local et dynamiques territoriales en pays en développement et Études Urbaines.

Comment définiriez-vous Talowa en 3 mots ?

Naturel, innovant, tradition et proactif 4 mots donc ! 😉

Vous avez entrepris dans le marché dynamique des produits capillaires, un marché largement dominé par les défrisants et autres produits chimiques. Pourquoi avoir oser ce pari ? 

À l’origine Sarah Ferdjani –l’autre co-fondatrice de Talowa- et moi  étions des consommatrices insatisfaites par l’offre sur place à Niamey (j’y étais affectée à l’époque dans le cadre de la coopération internationale) pour nos soins capillaires en particulier. Nous avons pris l’habitude de bonifier du coup nous mêmes nos shampooing, de faire nos mélanges d’huiles, de masques et d’hydratants, notre coiffeuse n’en revenait pas du résultat et n’arrêtait pas de nous demander de penser à la mise en vente. Nous avons ainsi sauté le pas ! Depuis le début l’offre Talowa est très claire et particulière. Dans un marché dominé par les produits chimiques nous proposons des produits 100% naturels fabriqués localement à partir de matières premières majoritairement locales avec en tête le marché local. Ce dernier mérite des produits de très bonne qualité, inspirés de ses traditions et à un coût très accessible. Nous y tenons énormément parce que Talowa s’inscrit dans la beauté engagée avec une vision de développement local et durable, un souci de santé publique et la volonté de changer des habitudes de consommation.

Combien de produits composent la marque aujourd’hui ?

Plus d’une vingtaine de produits couvrant les soins du visage proposés pour les peaux sensibles aussi bien que celles grasses, les soins du corps (gel, crème, gommages, lait de corps) et les soins des cheveux (shampooing, sprays hydratants, huiles, masques etc.) naturels, défrisés et en transition.

Comment avez-vous conçu tous ces produits, de la formulation à la mise en bouteille en passant par le design du packaging ?

Talowa c’est aujourd’hui plus d’une vingtaine de produits répartis en gamme de soins visage, corps et cheveux. Tout ne s’est évidemment pas fait en une fois mais progressivement, et nous continuons chaque année d’étoffer l’offre notamment en fonction des besoins exprimés par notre clientèle.  Sarah ma partenaire et moi avions l’une et l’autre nos propres expériences de fabrication maison de soins capillaires et corporels. En plus de nos recherches complémentaires et tests, nous avons pris dès le début de l’aventure l’habitude de parler à nos mamans, tantes et grand-mères afin d’en apprendre plus sur les plantes, savons, huiles et habitudes d’antan. Pour le packaging dès le début il était important pour nous d’avoir un emballage respectant à la fois l’environnement et mettant en valeur l’excellent contenu que nous produisions. En 3 ans les différents changements de notre étiquetage témoignent des précisions qu’on apporte chaque année et de l’évolution de notre marché.

Quid de la commercialisation ?

Talowa 

Bien que nos produits soient 100% naturels, d’excellente qualité et qu’un soin particulier soit accordé au packaging nous tenons à ce qu’ils restent accessibles à monsieur et madame tout le monde qui mérite tout autant de pouvoir profiter de produits sains. Grosso modo la fourchette de prix varie en moyenne entre 2500 à 10 000 fcfa et comme la cible principale à l’origine était le marché local, nous avions en 2014 des partenaires à Niamey et à Abidjan. Le réseau s’est étendu depuis à Lomé, Cotonou, Bamako, Dakar, Ouaga et Accra. Avec les réseaux sociaux, la diaspora nous  incite de plus en plus à trouver des moyens de rendre disponibles les produits Talowa en Occident.

Quelle est votre philosophie dans le domaine de la relation client ?

Le service à la clientèle pour nous n’est pas un vague concept. Dès le début nous avons souhaité établir une relation de proximité avec nos clients, basée sur la confiance. Plus que de la vente de produits, nous mettons un point d’honneur à conseiller systématiquement chaque semaine sur leur routine toutes les personnes –clientes ou pas- qui nous suivent sur les réseaux sociaux.  Nos clients nous savent disponibles, réactives, fiables et nous le rendent bien.

A quels obstacles avez-vous fait face pour donner vie à ce projet et pour vous imposer sur ce marché ?

Peut-être que le fait de n’avoir pas laissé s’écouler trop de temps entre l’idée de projet et sa concrétisation nous a été bénéfique. Ça nous a permis d’être très vite dans l’action et d’essayer de trouver des solutions au jour le jour, ce qui laisse peu de temps pour s’attarder sur les obstacles.  Mais ça ne signifie pas qu’ils n’existent pas, bien au contraire, le 1er, sans surprise est d’ordre financier, les jeunes entreprises dans nos pays sont très peu encouragées et suivies. La 2e grande difficulté pour une entreprise comme la nôtre qui se veut ouverte sur l’Afrique, est le transport qui reste difficile, notamment en terme de coût.

Quelles sont les valeurs que vous désirez véhiculer à travers votre marque ?

Talowa est née en réponse à un réel besoin local, et le fait que nous fidélisons depuis notre clientèle prouve que notre vision et nos valeurs sont non seulement comprises mais également partagées par cette dernière : Être soi-même, authentique, trouver sa niche et croire en son projet, le défendre, ne pas avoir peur de paraître quelque peu différent et audacieux. Enfin, le respect est l’une des valeurs phare de Talowa. Nous avons effectivement un profond respect pour ce que nous faisons, pour les paysans et coopératives locales qui nous fournissent en matières premières, pour les capacités locales ; pour notre environnement et particulièrement un grand respect pour nos clients.

Avez-vous un conseil pour ceux qui veulent entreprendre dans ce domaine ?

De plus en plus de personnes se lancent dans la cosmétique qui est un secteur assez vaste. Le principal conseil que je pourrais leur donner dans un contexte où le fléau de la dépigmentation touche toutes les couches de la population c’est d’entreprendre de façon responsable et consciencieuse en ayant toujours à l’esprit le bien-être des clients.

Une interview réalisée par Anaïs.

Enregistrer

Enregistrer