dimanche 22 septembre 2019
ACCUEIL / Infos / Saliou DIOP , DG- SEEE ENERGIES SA. – la nouvelle génération de leaders africains.

Saliou DIOP , DG- SEEE ENERGIES SA. – la nouvelle génération de leaders africains.

Saliou DIOP , DG- SEEE ENERGIES SA.

 « C’est clair qu’il y a des risques à entreprendre, mais je pense qu’il arrive un moment où on ne peut plus se satisfaire de compromis et où l’ambition prend le pas.»

Ingénieur et africain, ces deux mots pourraient suffire à présenter Saliou Diop. Polytechnicien de Thiès, au Sénégal, il fait ses armes dans une multinationale française avant de rejoindre une entreprise qui lui correspond mieux et au sein de laquelle il peut se frotter à ses pairs, ingénieurs et africains. Mais ce n’est pas assez pour celui qui veut contribuer de façon significative au développement de l’Afrique avec un style bien à lui. Il s’appuie alors sur ses compétences et une bonne dose de passion et d’ingénierie managériale pour investir le secteur de l’énergie en créant la société SEEE ENERGIES SA, dont il est le Directeur Général Associé. Rencontre inspirante avec Saliou Diop !

Pourriez-vous vous présenter à l’état civil et nous en dire plus sur votre parcours ?

Je suis Saliou Diop, sénégalais, âgé de 44 ans, père de 4 enfants, diplômé de l’école Polytechnique de Thiès option génie électromécanique, promotion 1996. Après ma formation, j’ai intégré le groupe Bolloré où j’ai gravi divers échelons jusqu’à atteindre ce que j’appellerais le plafond de verre, dans le sens où j’étais parvenu à un poste où en tant qu’africain, à l’époque, je ne pouvais plus avoir de perspectives d’évolution de carrière. C’est pour cette raison que j’ai quitté le groupe Bolloré en 2005. J’ai ensuite rejoint Matforce, qui à mes yeux, était une société avec un management africain, au sein de laquelle je pouvais avoir un épanouissement professionnel. Après une dizaine d’années, j’ai quitté Matforce pour créer SEEE ENERGIES SA, en collaboration avec SEEE SENEGAL* en 2016.

* La Société d’Etude, d’Equipement et d’Entreprise SEEE SENEGAL SA et une ex filiale de SEEE Cote d’Ivoire présente au SENEGAL depuis plus de 30 ans. SEEE SENEGAL est une société leader en Afrique de l’ouest dans ces secteurs d’activité : Climatisation, Ascenseurs, Détection et Protection Incendie, Plomberie Etc.

Comment avez-vous franchi le cap de l’entrepreneuriat ?

J’ai toujours eu l’ambition de me lancer dans l’entrepreneuriat. A un certain moment, j’ai senti le besoin de valider mes connaissances et d’avoir des ouvertures sur les autres fonctions de l’entreprise telles que la comptabilité, le marketing…en somme, j’ai voulu compléter mes compétences techniques. J’ai donc suivi une formation en MBA de l’Université Paris-Dauphine en 2014. C’était ainsi le 1er pas vers la création de mon projet personnel.

Et quels sont les autres pas à poser pour devenir entrepreneur ?

En plus d’avoir la volonté et de compléter ses connaissances, il est important d’être attentif à son environnement. Parfois, il s’agit de tirer profit d’un concours de circonstances et de saisir les opportunités qui se présentent à nous. C’est clair qu’il y a des risques à entreprendre, mais je pense qu’il arrive un moment où on ne peut plus se satisfaire de compromis et où l’ambition prend le pas.

Comment est née SEEE ENERGIES et quelle est sa mission ?

Nous nous sommes appuyés sur un partenariat avec SEEE Sénégal, une société bien implantée au Sénégal depuis une trentaine d’années, afin de mutualiser nos ressources et proposer des services dans le domaine de l’énergie. Notre mission est de participer, en tant qu’acteur majeur, aux efforts à fournir pour résoudre les difficultés d’accès à l’énergie, qui sont des questions cruciales dans nos pays en développement. Nous nous positionnons donc comme un fournisseur clé d’accès à l’électricité (secours énergétique et énergie solaire) et à l’eau, s’adressant principalement aux programmes publics et aux industries.

Riche des leçons apprises tout au long de votre parcours professionnel, quel modèle de management avez-vous mis en place ?

SEEE ENERGIES ambitionne de devenir un champion en Afrique.

Nous voulons être une société qui valorise les talents africains tout en se conformant aux standards internationaux. Pour cela, nous mettons l’accent sur la maitrise de la technologie et l’accroissement de notre capacité de gestion de projets.

En considérant le contexte d’émergence de l’Afrique, le besoin devient pressant d’avoir des entreprises africaines prêtes à relever le défi, capables de participer à ce développement et de créer de la valeur, notamment dans le secteur de l’énergie, qui est décisif pour nos états et nos populations.

Dans ce modèle de gestion, quelle place accordez-vous à la fonction marketing ?

La taille de notre entreprise, aujourd’hui, ne nous permet pas d’avoir un département marketing spécifique, cependant les aspects de la fonction sont totalement pris en compte dans toute notre démarche. A la création de l’entreprise, par exemple, nous avons naturellement mené une étude de marché. Nous accordons également beaucoup d’importance à la construction d’une image forte et positive s’appuyant principalement sur notre qualité de service et nos valeurs. Chez SEEE ENERGIES, nous voulons donner une image moins « alimentaire » à l’entreprise. Nous sommes très attentifs aux normes environnementales et non seulement nous les prenons en charge dans les solutions que nous proposons, mais nous éduquons nos clients sur ces aspects.

Pouvons-nous profiter de votre expertise pour décoder ensemble l’énergie solaire ? Que fait l’Afrique de tout ce soleil qui l’illumine?

Le rayonnement solaire que la planète reçoit fournit une quantité d’énergie largement supérieure à nos besoins en la matière. Idéalement, l’énergie solaire serait donc une alternative aux énergies fossiles mais elle nécessite un investissement très important au départ, même si les coûts d’exploitation sont relativement faibles par la suite. Il faut aussi noter que les rendements des équipements en énergie solaire ne sont pas aussi importants que ceux des énergies non-renouvelables. Cela dit, la technologie évolue et l’énergie solaire devient de plus en plus attractive.

Quelle est votre plus grande fierté dans votre rôle actuel ?

J’ai au moins deux motifs de fierté récents :

  • voir les transformations sociales qui s’opèrent après l’électrification de villages où la vie s’arrêtait auparavant à 19H.
  • voir l’étonnement de nos interlocuteurs lors de la mise en service d’un grand projet de centrale électrique hors du Sénégal, lorsqu’ils ont réalisé que l’équipe était constituée uniquement de techniciens africains.

Pour terminer, auriez-vous un message à la nouvelle génération de leaders africains ?

Sans prétention, car je fais moi-même partie de cette nouvelle génération, je pense qu’en tant que leaders africains, nous devons changer notre vision souvent très patrimoniale de l’entreprise, car cette vision est reliée à un mode de management qui ne nous permettra pas d’atteindre nos objectifs. Ensuite, nous devons nous positionner pour créer des entreprises responsables, conformes aux standards internationaux et agressives en matière d’innovation, dans les secteurs critiques du développement de l’Afrique. Si nous, qui faisons partie des 2 à 3% d’africains ayant eu accès aux études supérieures, ne nous mettons pas à réfléchir par nous-mêmes pour notre propre développement, qui le fera ?

Merci infiniment Saliou

 

Une interview réalisée par Mariatou OUATTARA.